Jacques d’Adelswärd-Fersen. Un dandy militant.

122

Une nouvelle publication consacrée au sulfureux baron Fersen.

Par Laurent Mignard

Parmi les nombreuses publications parues au cours de l’année 2021, celles consacrées à l’écrivain Jacques d’Adelswärd trouvent désormais leurs places dans le milieu littéraire français.

Poète, écrivain, journaliste, dandy, accusé d’avoir corrompu des mineurs à la sortie d’un lycée (et pourtant majeurs au regard du consentement de l’époque) Jacques d’Adelswärd (Paris, 1880 – Capri, 1923) quitte la France en 1903, à la suite d’un procès plus idéologique et politique que strictement judiciaire, à destination de l’ile de Capri.  « Petit Oscar Wilde parisien comme le définit la presse de l’époque, il a été relégué dans le champ d’une littérature mineure par la critique contemporaine ». Cocteau, voit en lui la caricature de « l’impuissance lyrique ». Durant toute sa vie, il souffre de ne pas être pris au sérieux, la critique s’attachant davantage à ses moeurs qu’à sa plume. L’auteur lui-même écrit à cet égard « Au lieu de m’aider, toute une catégorie bien peu indulgente et nullement intellectuelle d’adonisiens me tourne le dos. » Il fut aussi le créateur d’Akademos, la première revue homosexuelle française

Pour autant, de grands noms ne s’y trompent pas : depuis Rostand, Coppée en passant par Rachilde, l’épouse d’Alfred Vallette ou encore Peyrefitte qui le met à l’honneur dans certaines de ses œuvres. Si aujourd’hui son nom sort de l’oubli, il faut en remercier les travaux de quelque éditeur et autres militants. Ainsi, en octobre 2020, une journée d’étude est organisée à l’Université de Lille par Patrick Cardon et Gianpaolo Furgiuele avec comme protagonistes, de nombreux chercheurs français et étrangers portant leur attention sur les différents aspects de la vie de l’auteur. En octobre 2021, une synthèse de cette journée d’étude voit le jour, sous forme d’un essai contenant les interventions de tous les participants. Les aspects littéraires, culturels, politiques sont donc examinées par des chercheurs de divers horizons : Gianpaolo Furgiuele, Editeur, psychanalyste, Université Lille ; Patrick Cardon, Editeur ; Jacques Perot, conservateur et historien; Alexandre Lansmans, Université Liège ; Gaultier Roux, Université Shanghai . Sebastien Pare, Université Nice ; Nicolas Duriau, Université Bruxelles ; Mirande Lucien, Université Lille ; Fabio Libasci, Université de Bologne
Patrick Cardon et Gianpaolo Furgiuele, d’ailleurs éditeurs et auteurs de différentes publications sur Jacques d’Adelswärd, ont le mérite de récupérer du purgatoire de l’histoire, ce personnage méprisé de notre République des lettres au nom de principes moralisateurs.

Sous la direction de Patrick Cardon et Gianpaolo Furgiuele

Jacques d’Adelswärd-Fersen. Un dandy militant.

Pages 134

Format 12 x 18 

15 euros

Isbn : 979-10-94464-45-8

Editions Laborintus / GKCQuestiondegenre