Quelles sont les causes des fétiches sexuels ?

20

Des experts se sont demandés si une maladie mentale est en cause lorsque des personnes ont des fétiches tels que le bondage, l’obsession des pieds, la domination financière ou l’amour pour les sous-vêtements usagés. En effet, certaines personnes sont excitées sexuellement par un objet ou une partie du corps qui n’est généralement pas considéré comme sexuel, comme les pieds ou les cheveux. Mais, on trouve aussi des pratiques bien plus glauques, telles que la domination financière, couramment décrite comme la relation de domination entre une moneymiss, la dominatrice financière, et le moneyslave, le soumis.

Les fétiches et les modes de vie érotiques alternatifs se présentent sous une grande variété de formes, des plus communes aux plus extrêmes.

Prenons l’exemple d’un jeune anonyme que nous appellerons Erwan, le jeune homme belge est fétichiste des culottes portées. Erwan dit qu’il porte des culottes que d’autres femmes ont salies 24 heures sur 24 pour des raisons d’excitation purement sexuelle. Le jeune homme ne considère pas que c’est un fétichisme. Le seul véritable aspect sexuel est l’attirance pour un type de sous-vêtements spécifique, dit-il.

Mais être fétichiste, est-ce une maladie mentale ?

Les personnes sujettes aux fétichismes comme Erwan pourraient-elles souffrir d’une maladie mentale ou d’un traumatisme ? Le docteur Antoine, professeur associé de psychiatrie au centre médical de l’université de Toulouse, affirme que certaines personnes qui pratiquent des fétiches ou des modes de vie érotiques alternatifs peuvent souffrir d’une maladie mentale ou avoir subi un traumatisme. Mais il précise que ce n’est pas un facteur prédictif.

« Avec tous les troubles paraphiliques ou les sujets d’intérêt sexuel qui n’impliquent pas des objets ou des comportements sexuels typiques, nous pouvons nous demander comment le comportement se développe et ce que cela pourrait impliquer en termes de style de vie, mais beaucoup de ces questions sont ouvertes », a déclaré Antoine lors d’une conférence sur les troubles sexuels donnés aux étudiants en médecine de l’université de Toulouse.

Il ajoute qu’un certain nombre d’études montrent que les personnes qui pratiquent le BDSM ou la pratique de la domination financière (relation de moneymiss qui domine son moneyslave) ont un niveau de fonctionnement socio-économique plus élevé.

Les gens ont des raisons différentes de s’adonner au fétichisme ou au style de vie. Il y a ceux qui le font pour la gratification sexuelle, et cela peut être très varié même en soi. Pour certaines personnes, il peut s’agir d’un acte dégradant qui les met dans l’embarras, voire d’un acte de type BDMS. Et pour d’autres, ce n’est pas du tout sexuel.

La personnalité oriente le fétichiste

Selon les experts, il existe un large éventail de fétiches parce qu’il existe une grande variété de personnes. La fantaisie sexuelle est très variée à travers, donc les fétiches pourraient simplement être un élément de notre diversité en termes d’intérêt sexuel et d’excitation.

D’une manière générale, un cas typique peut être celui d’une personne qui tombe sur un objet par accident ou par exposition au cuir, ou à des poupées, ou à une partie d’un humain qui n’est pas sexuelle, comme un pied ou un orteil, et qui le trouve agréable, de sorte qu’elle continue à l’utiliser de manière sexuelle.

Il existe une théorie selon laquelle ces personnes pourraient être plus enclines à développer des fétiches… parce qu’elles sont sexuellement excitées plus facilement.

La personnalité compte pour beaucoup. Par exemple, les dominants ont plus de désir que les soumis en ce qui concerne le désir de contrôle, l’extraversion, l’estime de soi et la satisfaction de la vie. Les soumis, eux, sont beaucoup plus émotifs.

Quand cela devient-il un problème ?

Une fois que les gens développent un fétiche ou un intérêt pour un style de vie, la façon dont ils satisfont leurs désirs détermine s’il s’agit d’un comportement sain ou non.

Beaucoup souffrent en silence et ne font rien à ce sujet. Certaines personnes trouveront de la pornographie qui correspond à leur intérêt particulier et se tourneront vers elle. D’autres développeront une utilisation compulsive et deviendront incontrôlables, mais c’est généralement inhabituel. Et d’autres encore trouveront des personnes qui partagent le même intérêt.

Le problème majeur de la société moderne est que des hommes ou des femmes sans paraphilie particulière sautent sur cette occasion. On trouve donc différents sites exploitant les fétichismes les plus connus, en particulier, la moneymiss Lola propose des séances de domination financière et la vendeuse de culottes portées Olivia propose ses culottes sales à la vente. Il s’agit avant tout de business comme les autres, mais cela n’arrange pas les affaires de ceux qui souffrent de leur fétichisme.

La plupart des personnes ayant des intérêts sexuels atypiques ne souffrent pas de troubles mentaux. Pour être diagnostiquées comme souffrant d’un trouble paraphilique, les personnes ayant ces intérêts doivent présenter les caractéristiques suivantes :

  • Ressentir une détresse personnelle liée à leur propre intérêt, et pas seulement une détresse résultant de la désapprobation de la société

  • Avoir un désir ou un comportement sexuel qui implique la détresse psychologique, la blessure ou la mort d’une autre personne, ou un désir de comportements sexuels impliquant des personnes non consentantes ou incapables de donner un consentement légal