Le nouveau roi Lion : la critique

202

Avec son récit mythique de vie et de mort, sans oublier une distribution de lions et d’hyènes, Le Roi Lion était un candidat improbable à un traitement photo-réaliste. Mais le nouveau film plonge dans le naturalisme, avec une authenticité éblouissante: des troupeaux de zèbres, d’éléphants et d’antilopes générés par ordinateur défilent devant un large panorama africain, vers Pride Rock, où le roi Mufasa attend avec impatience de tenir son petit, Simba. Avec le Cercle de la vie à l’arrière-plan, cette scène majestueuse nous entraîne dans le monde fascinant du film avant qu’une parole ne soit prononcée. Il s’agit peut-être de l’image de synthèse, mais le Roi Lion a plus l’impression de vivre que les nombreux remake récents de films classiques animés de Disney.

La scène d’ouverture rappelle le début de l’original de 1994 qui a presque tourné pour le tournage. Il ne faut pas un détective pour comprendre pourquoi ce film est rapidement devenu un classique. Il a des animaux adorables et rivalise avec Bambi dans sa mort émouvante d’une histoire parentale. Les chansons originales d’Elton John et de Tim Rice sont tellement vivantes et excitantes qu’elles sont maintenant aussi familières que tout ce qui se trouve dans The Sound of Music.

Le film de Jon Favreau est plus drôle que l’original, même s’il met en valeur les thèmes sombres de l’histoire. Il ajoute quelques scènes utiles et deux chansons ordinaires. Pour autant, il ne s’éloigne pas beaucoup du classique. Ce n’est pas un visionnaire, artistique réinventant que la version de Broadway était. La réalisatrice Julie Taymor y a brillamment ajouté plus de musique, de masques et de fantastiques marionnettes géantes. Ce film, cependant, est un remake prudent qui s’inspire de ses visuels réalistes. Certains acteurs ont un rendu plus réaliste que d’autres, ce qui rend le ton un peu erratique. Mais si le nouveau Roi Lion n’est pas aussi transparent que les versions précédentes, il est plein d’aventure et tout aussi engageant. Les mots des animaux ne sont pas parfaitement synchronisés avec leurs bouches – le seul défaut évident parmi toute la magie technique. Cette distraction disparaît bientôt, alors que le pouvoir de l’histoire prend le dessus.

Comme dans l’original, les premiers mots viennent du frère amer de Mufasa, Scar (Chiwetel Ejiofor), qui s’adresse à la souris qu’il est sur le point de prendre et de manger. «La vie n’est pas juste», dit-il, soulignant le thème de la rivalité, tant dans le règne animal qu’entre frères et soeurs. Cette cicatrice cherche toujours à tuer Simba et à hériter du trône, mais il est le personnage le plus radicalement différent de l’original. Ensuite, Jeremy Irons’s Scar, aux yeux d’émeraude et aux hommes noirs glorieux, a tracé des répliques d’un ton si sournois et si sournois qu’il reste l’un des méchants les plus indélébiles de Disney. La nouvelle cicatrice a des flancs maigres, un visage ravagé et un manteau galeux. Ejiofor parle ses lignes avec un sinistre grondement presque trop subtil et réel pour cette production démesurée.

James Earl Jones, le seul acteur qui revient du premier film, était apparemment irremplaçable dans le rôle de Mufasa. Jones donne une crédibilité crédible à ce personnage plus grand que nature, car Mufasa enseigne à un jeune Simba (JD McCrary) les cycles de la nature, les devoirs d’un roi et la façon dont ses ancêtres regarderont les étoiles et le guideront.

John Oliver raconte des blagues délibérément hokey comme le calao Zazu, volant autour de Simba. Comme Ejiofor, Oliver parle ses chansons plus qu’il ne les chante, ce qui fonctionne parfaitement bien. La musique pénètre habituellement dans l’action si gracieusement qu’elle bouge quand ce n’est pas le cas. Lorsque Simba chante Je ne peux pas attendre d’être roi, le film semble trop épris de sa toile de fond National Geographic.

Même si la jeune Simba ne le réalise pas, cette chanson parle d’un garçon qui souhaite la mort de son père. Comme dans l’original, il n’a pas à attendre longtemps. Mais d’abord, il traverse des scènes d’action extrêmement effrayantes, notamment celle dans laquelle les hyènes vicieuses le pourchassent et Nala, son ami et son futur amour, dans un tunnel. Tout au long du film, Favreau et le grand directeur de la photographie, Caleb Deschanel, imitent les mouvements de caméra des films d’action réelle. Cette approche peut être ressentie avec force lorsque nous voyons une course terrifiée de Simba dans le tunnel ou que nous sommes pris dans une ruée sauvage, alors que Mufasa se précipite pour le sauver. Lorsque Mufasa gravit une falaise et que Scar le repousse, la belle musique orchestrale de Hans Zimmer renforce l’impact de cette scène.

Après toute cette tragédie, le film fait un tournant dans la comédie alors que Simba part à la conquête de ses nouveaux amis. Incarner Billy Eichner dans le rôle de Timon, le suricate moqueur, et dans Seth Rogen, dans le rôle de Pumbaa, le phacochère au bon cœur mais aussi flatulent, font partie des choix les plus heureux du film. Eichner, qui est presque parti avec le film, a un ton de cynisme plein d’esprit. «Permettez-moi de simplifier cela pour vous. La vie n’a pas de sens », dit-il à Simba en riant à l’idée même de« types de morts royaux dans le ciel »qui veillaient sur nous. Bien sûr, il va venir.

La version de Hakuna Matata d’Eichner et Rogen nous emmène à travers la scène dans laquelle Simba traverse l’écran, vu en silhouette alors qu’il passe de lionceau à lion, et qu’il émerge de l’autre côté avec la voix de Donald Glover. Glover est une Simba merveilleusement réelle, capturant la pétulance d’un adolescent au seuil de la virilité. Beyoncé joue le Nala adulte et ensemble, ils chantent Can You Feel The Love Tonight. Beyoncé apporte une férocité convaincante au personnage, et de nouvelles scènes avec elle et la mère de Simba, Sarabi (Alfre Woodard), ajoutent une touche contemporaine. Les femmes de cet orgueil sont puissantes et s’attaquent aux hyènes. C’est simplement un signe de tête, mais qui en vaut la peine.

Beyoncé a évidemment été choisie pour sa musique. Spirit, l’hymne qu’elle a coécrit et chante, va parfaitement bien, mais se sent forcée de l’entendre, alors que Nala et Simba rentrent dans Pride Rock pour une dernière confrontation avec Scar. La nouvelle chanson d’Elton John qui apparaît dans le générique final, Never Too Late, est terne par rapport aux originaux.

Certains des premiers critiques du film, qui le voient comme sans âme et le traitent comme s’il s’agissait d’un crime contre l’humanité, ont suscité des grimaces en colère. Ils ont besoin d’une dose de hakuna matata (pas de souci). Cet outrage ridicule – la nouvelle version n’est même pas un crime contre le cinéma – montre à quel point le souvenir de l’original est précieux. Vous pouvez revenir au film original pour son souffle, sa beauté et pour Jeremy Irons. Voir la nouvelle version pour son plaisir et son immersion dans un monde fantastique qui se sent réel. L’attrayant nouveau roi lion prouve que l’histoire et la musique sont adaptables à l’infini et à l’abri de la stupidité.