61% des entreprises ont subi une cyberattaque au cours de la dernière année

159

La cyber-menace à laquelle font face les entreprises est une menace en constante évolution dans l’écosystème numérique d’aujourd’hui. Et c’est pourquoi vous devez évaluer en permanence la volonté de votre organisation de faire face à cette menace. Parce que les attaques sont implacables et en constante évolution.

Grande hausse des cyberattaques

Selon le troisième rapport sur l’état de préparation informatique de Hiscox, le nombre d’entreprises signalant des incidents informatiques est passé de 45% l’année dernière à 61% en 2019. Sans parler du coût final de ces attaques.

Le rapport indique que les petites entreprises sont tout aussi vulnérables que les grandes entreprises. De plus, plus de petites organisations ont été ciblées cette année et les petites entreprises sont désormais également impliquées dans la cyber-bataille.

Même si cela semble sombre, Gareth Wharton, PDG de Cyber chez Hiscox, affirme que vous pouvez faire beaucoup pour vous protéger.

Dans le rapport, Wharton déclare: «Le cyber-risque peut muter rapidement, mais les progrès en matière de réduction et de gestion de celui-ci évoluent également. J’espère que ce rapport contribuera à promouvoir une meilleure compréhension des problèmes et encouragera l’adoption de mesures rigoureuses et efficaces pour minimiser la cyber-menace.  »

Principales conclusions

Dans le même temps, la fréquence des attaques augmente, de plus en plus d’entreprises échouent au test de préparation au cyber. Par rapport à ce qui compte parmi les meilleures pratiques, le rapport indique que la plupart des entreprises ont encore du chemin à faire en matière de préparation.

Près de trois personnes sur quatre, soit 74%, n’atteignent pas le seuil fixé par Hiscox pour l’expertise dans quelque domaine que ce soit. De plus, le nombre d’organisations dans la catégorie des experts est en légère baisse, passant de 11% à 10% cette année. Les intermédiaires représentent 16% des répondants, ce qui est la même chose que l’année précédente.

Avec moins d’experts, il n’est pas surprenant que le coût des cyber-pertes augmente. Au cours des 12 derniers mois, le coût moyen pour les entreprises est passé de 299 000 dollars à 369 000 dollars, soit une hausse de 61%. Mais le coût pour les petites entreprises a diminué de plus de moitié, passant de 29 000 dollars à 14 000 dollars.

Cependant, cela ne dit pas tout, car il y a maintenant un nombre plus élevé d’incidents uniques qui coûtent plus cher. Il y a un an, le plus gros incident isolé avait atteint 34 000 $, mais cette année, il a bondi à 200 000 $. Le rapport indique que les entreprises de toutes tailles peuvent s’attendre à voir des incidents trois à 18 fois plus importants qu’ils ne l’étaient il ya un an.

La conversation sur la cyberassurance

Pourquoi davantage d’entreprises parlent de cyberassurance? Car selon l’enquête, le nombre de personnes qui déclarent ne pas savoir quelle cyber-assurance s’élève à 3%. Cela signifie que presque tous, ou 97%, sont au courant du service.

En conséquence, cela a amené davantage d’entreprises à souscrire une cyber-assurance pour protéger leur organisation, car les dommages deviennent trop coûteux à payer de leur poche. Dans le sondage, 41% des entreprises ont maintenant une cyber-assurance, une hausse par rapport à 33% il y a un an. En outre, 30% supplémentaires prévoient d’adopter une cyber-assurance au cours des 12 prochains mois, ce qui est également supérieur à 25% de l’année précédente.

Le moment est venu de parler de vos responsabilités numériques et de la manière dont vous pouvez les protéger.

Le sondage

La majorité des entreprises de cette enquête (39%) comptent entre 1 et 49 employés, et 16% proviennent d’entreprises de 50 à 99 employés. Au total, 5 392 professionnels faisant partie de la stratégie de cybersécurité de leur organisation ont participé à l’enquête.

Les organisations interrogées proviennent des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de Belgique, de France, d’Espagne et des Pays-Bas. Ils ont participé au sondage en ligne entre le 22 octobre et le 7 décembre 2018.