Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les professionnels du cinéma français sont très soucieux de diversité : ils déplorent le fait que beaucoup de films passent inaperçus quand ils sortent sur les écrans, noyés sous le flot des campagnes promotionnelles massives en faveur des blockbusters. En théorie, internet corrige ce déséquilibre : sur les sites des cinémas, tous les films ont droit à la même présentation (une affichette, quelques lignes de synospis, les vidéos des bandes-annonces, quelques photos et les horaires des séances). Comment les internautes réagissent ils à cette offre ?

Site pour l'ordinateur et site pour le téléphone mobile

Prenons le cas du Lido, un cinéma de 8 écrans implanté dans le sud ouest de la France (le nom de l'établissement est fictif mais le cas étudié est réel).

Les analyses réalisées sur ce site pendant trois mois (septembre - novembre 2018) montrent que les internautes regardent en moyenne entre une et deux fiches films par visite (1,6 exactement) quand ils consultent le site du Lido sur leur écran d'ordinateur. Plutôt bon pour la diversité : vu qu'il s'agit d'une moyenne, on peut en déduire qu'un bon nombre de spectateurs voient plusieurs fiches.

Quand ils visitent le site du Lido sur leur téléphone mobile, les internautes consultent à peu près le même nombre de fiches (1,5 en moyenne) mais ils leur consacrent moins de temps (les visites durent en moyenne 3 minutes et demi sur un ordinateur, à peu près une minute de moins sur le portable). Normal : l'écran est plus petit et les interactions moins faciles que sur un ordinateur. On constate notamment que les visiteurs cliquent en gros deux fois moins sur les vidéos de présentation des bandes-annonces des films quand ils sont sur leur mobile que lorsqu'ils sont derrière leur écran d'ordinateur.

Lido accueil par les films

Les fiches films sur le site du Lido

Entrer dans la programmation par les films ou par les horaires

Le site web du Lido est responsive : qu'on soit sur l'ordinateur, le mobile ou la tablette c'est le même site, ce qui explique pourquoi le nombre moyens de fiches films vues par visite ne varie quasiment pas d'un mode de consultation à l'autre (voir le graphique du carrousel situé en bas de la page). 

Mais pas mal de cinémas ont deux sites différents, un pour l'ordinateur, l'autre pour les écrans plus petits du portable et de la tablette. Les différences entre les deux versions tiennent notamment au fait qu'on s'efforce, sur la deuxième, de simplifier au maximum le parcours de l'internaute.

Rivoli entre horaires entre filmsComment cela se traduit il concrètement ? Certains sites "mobile" font rentrer les visiteurs dans la programmation par les "horaires" plutôt que par les films (on choisit son jour avant de choisir son film). Cette porte permet aux spectateurs qui ont déjà une idée plus ou moins précise du film qu'ils veulent voir ou de l'heure à laquelle ils veulent aller au cinéma d'aller plus vite au but.

Quel en est l'impact ? Prenons le cas du site mobile du Rivoli, un cinéma de 15 écrans du nord de la France (encore un nom fictif mais qui correspond à un cas bien réel). Sur la page d'accueil de ce site, l'entrée "horaires" est placée avant l'entrée "films" (voir l'illustration),

L'analyse du comportement des visiteurs du site "mobile" du Rivoli montre d'abord que quatre internautes sur cinq (77%) préfèrent utiliser l''entrée "horaires" (le fait qu'elle soit placée au dessus de l'entrée "films" a sûrement une influence).

Deuxième constat, sur le site mobile du Rivoli les visiteurs consultent en moyenne moins d'une fiche film par visite, 0,7 exactement sur trois mois (septembre - novembre 2018). C'est moitié moins que sur le site du Lido (alors que le nombre moyen de fiches vues sur ordinateur est équivalent pour les deux sites : 1,5 pour le Rivoli contre 1,6 pour le Lido).

Quand ils rentrent dans la programmation par les horaires, les visiteurs paraissent donc moins enclins à s'intéresser à l'éventail de films programmés par leur cinéma. Le fait d'être exposées aux affichettes des films les rend manifestement plus curieux.

Conclusion

Il faudrait refaire l'étude sur d'autres sites pour en étre totalement sûr mais les exemples du Lido et du Rivoli tendent à démontrer que le fait de proposer aux visiteurs des sites des cinémas une entrée par les horaires ne va pas dans le sens de la diversité prônée par les professionnels. Les exploitants de salles qui tiennent à donner leur chance à tous les films qu'ils proposent ont a priori intérêt à faire rentrer les visiteurs dans leur programmation par les films même si cela se traduit pour une partie des spectateurs par un accès moins directe à l'information recherchée.

Cela soulève une autre question : quand un spectateur veut aller au cinéma, est il impératif qu'il trouve vite le film ou la séance de ses rêves? La notion de vitesse et d'efficacité compte t'elle autant quand on prépare sa sortie au cinéma que quand on achète un billet de train par exemple ?

La réponse est en partie dans la question. On peut la compléter avec les résultats d'une analyse réalisée sur 'un troisième site web géré par un établissement qu'on appellera le Rex (9 écrans). Alors que les cinémas présentent normalement les films qu'ils programment sur la page d'accueil de leur site, le Rex consacre exclusivement cette page à la présentation de ses événements : des avant-premières, des projections de documentaires des séances spéciales se concluant par un débat entre spectateurs,... L'étude du comportement des internautes sur ce site montre qu'ils sont très nombreux à consulter sa page d'accueil et qu'ils passent presque autant de temps sur cette page que sur celle sur laquelle sont présentés les films en cours de programmation.

L'exemple du Rex mérite réflexion. Il faudrait en étudier d'autres du même type mais il semble indiquer que beaucoup de spectateurs de cinéma sont prêts à sortir des sentiers battus sur internet. Finalement, le fait de se perdre un moment sur des pages web "inutiles" quand on prepare sa sortie au cinéma n'est peut être pas un mal.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider